Le solution focus revisité :  intégrer les problèmes pour mieux les accepter

rawpixel-675364-unsplashLa pensée positive est le grand phénomène à la mode, issue de « La loi d’attraction » qui suggère que nos pensées attirent à nous des événements qui leur correspondent. Il suffirait alors de penser à des choses positives pour qu’elles se réalisent.

De nombreuses approches se reposent sur ce principe et nous invitent à rester focalisés sur le positif, à formuler un objectif et non un problème, à visualiser un état désiré sans s’attarder sur le passé problématique.

Je pratique moi-même la pensée positive et je m’inspire beaucoup des approches orientées solutions (solution focus) pour mener des interviews en phase de cadrage de coaching (en 1 à 1) ou pour animer des rétrospectives ou des ateliers de résolution de problèmes (en groupe). 

La particularité du solution focus est que l’on se concentre sur “construire des solutions” et non “régler des problèmes”.

J’aimerais vous partager dans cet article la façon dont j’ai adapté le « solution focus »  pour y intégrer les problèmes dans le but de mieux les accepter.

Contexte 

J’ai animé de nombreuses rétrospectives en m’inspirant du solution focus où j’invite les participants à se projeter vers une situation rêvée, voir où ils en sont aujourd’hui par rapport à cet idéal et les amener à identifier quelques petit pas pour améliorer la situation actuelle.  

Souvent, je remarque lors de ces sessions le besoin des participants de parler de ce qui ne va pas, de décharger les problèmes, de les poser. Parfois, après avoir décrit leur « situation idéale, rêvée », ils remontent dans la foulée leurs craintes ou leurs réserves.

Je les invite assez rapidement à basculer vers le positif, à voir comment tirer des bénéfices des situations problématiques, ce qu’ils aimeraient à la place, d’identifier ce qui fonctionne déjà bien, mais je sens une certaine frustration à ne pas considérer jusqu’au bout les aspects négatifs qui les préoccupent. 

Je vous propose ci-dessous un déroulé d’atelier que j’ai adapté pour y intégrer ces aspects négatifs afin de mieux les accepter et avoir une projection vers un futur plus réaliste.

Atelier

Durée : 1h30

Nombre de participants : groupe de 4 à 20 personnes

Matériel : post its, feutres

Pré-requis : identifier l’irritant / le sujet à traiter en amont de l’atelier. 

Le jour de l’atelier, avant de vous lancer, il est utile de vérifier en séance que le sujet vaut la peine d’être traité en posant la question suivante : Qu’espérez vous de mieux dans cette situation? Un simple tour de table suffit.

1ère étape : Décrivez et visualisez votre futur préféré

Lors de cette étape, les participants décrivent sur des post its leur idéal, la situation rêvée concernant le thème choisi et viennent le partager au groupe. 

dav

2ème étape : Mesurez à quel point vous êtes proche de votre futur préféré (échelle de 1  à 10) 

A cette étape, chaque membre de l’équipe vient positionner une gommette pour indiquer le niveau choisi sur une échelle de 1 à 10.

Imaginons qu’ils soient à 3/10.

dav

3ème étape : Listez les événements marquants (positifs ou négatifs) qui vous ont permis d’apprendre et d’être à ce niveau-là de l’échelle

C’est à cette étape que je laisse la place pour aborder les événements négatifs et les situations problématiques qui pèsent sur l’équipe (en 1/2/4/All).

  • Chacun écrit ses post its seul 
  • Partage en binôme, échanges, consolidation
  • Partage par groupe de 4, échanges, consolidation
  • Restitution à l’ensemble du groupe
Situations / Événements Apprentissages positifs (ressources)
Listez les événements (positifs ou négatifs)  marquants
Ce que vous en avez appris de positif 

Attention : l’idée ici n’est pas de creuser les problèmes et d’en étudier la cause. L’important  est de faciliter la discussion pour orienter sur la capitalisation de ressource. Il faut éviter que l’apprentissage conduise à du négatif (exemple: j’ai appris que je ne pouvais pas compter sur lui…).

4ème étape : Définissez vos petits pas et vous lancer 

Lors de cette 4ème étape, je leur propose de visualiser la situation s’ils font +1 sur l’échelle (passage à 4/10) et de définir les petit pas à mettre en place pour y arriver (en 1/2/4/All). 

dav

Je les invite aussi à cette étape à réfléchir aux éventuels freins qu’ils pourraient rencontrer lors de la mise en place de ces petits pas. Se poser cette question permet de lever les incertitudes, d’être plus réaliste et d’éviter d’être frustré lors de l’implémentation. 

Futur redouté  Propositions
  Listez ce qui risque d’arriver qui pourrait freiner la mise en place des petits pas
Listez les actions pour anticiper et réduire les éventuels freins

Comme pour une rétrospective classique, si des actions émergent, ces dernières doivent avoir un porteur et une date d’échéance.

Conclusion

Par rapport à un Solution Focus classique, 2 nouvelles étapes ont été introduites : 

  • Intégration des éléments négatifs passés 
    • Bénéfice : offrir au groupe la possibilité de lister les événements marquants négatifs, de les partager au groupe et d’en discuter afin de les rendre factuels, de les conscientiser et faciliter leur acceptation.
  • Intégration des éventuels freins ou risques
    • Bénéfice : avoir des actions plus réalistes, lever l’incertitude et diminuer les frustrations lors de l’implémentation.

A retenir que lors d’un atelier de ce type, la posture de facilitation est très importante pour ne pas s’ancrer dans du négatif et basculer dans la recherche de cause, de coupable, etc.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.