Le triangle de fer agile. Et les individus dans tout ça ?

Ces derniers temps, j’ai observé plusieurs projets valorisés pour leur agilité, à juste titre d’ailleurs : le livrable satisfaisait les utilisateurs, le périmètre avait été retravaillé, le produit avait été livré en un temps record, le budget avait été tenu. Une chose seulement est passé sous le tapis : les acteurs sur ces projets s’écharpaient, courraient après le temps, n’avait plus le temps de prendre du recul.

J’ai donc pensé qu’on ne regardait pas les bons indicateurs ou tout du moins tous les indicateurs. Et j’ai repensé au triangle de fer.

Triangle représentant le triangle projet périmètre, coût, budget

Nous autres agilistes avons l’habitude de présenter l’agilité au travers de la représentation du triangle de fer, autrement appelé triangle projet ou project management triangle.

En tant qu’agilistes, nous utilisons cette représentation pour expliquer la différence entre un projet “classique” et un projet “agile”.

Cependant et aux vues de mes observations récentes et celles qui me sont revenues en tête, il me semble que cette façon d’expliquer l’agilité masque d’autres variables et nuit à l’agilité.

J’ai donc décidé d’arrêter de parler de triangle de fer et de passer au pentagone de fer.

Lire la suite

Mots

Stop à la novlangue agile

Il faut que la feature team commence à dépiler le backlog des user stories et des technical user stories pour s’assurer d’avoir le MVP prêt pour le prochain release train, il faudra d’ailleurs mettre à jour le kanban. Après on pourra prendre les stories en should tout en essayant de maintenir la vélocité de la squad.

Nous, les agents de la transformation agile, les acteurs de cette agilité, sommes cernés par une novlangue agile mêlée à la novlangue d’entreprise. Nous en sommes les ambassadeurs, nous avons le devoir de la juguler.

Lire la suite

La daily retrospective

la daily rétro

Lors de mes dernières expériences, il m’est arrivé d’observer différentes choses concernant l’amélioration continue des équipes.

Des équipes qui démarrent en scrum décident d’avoir une itération de 3 semaines en moyenne et attendent donc 3 semaines pour engager les premières actions d’amélioration.

Des équipes novices en agilité, mal à l’aise devant l’engagement nécessaire lors d’une rétrospective ou encore le temps hors production consacré à cette instance.

Des équipes qui se lassent de la rétrospective car elles ont du mal à identifier des sujets, les marronniers finissent par remonter systématiquement pour générer des actions marginales ou de l’immobilisme.

Depuis peu, pour répondre en partie à ces problèmes, j’ai initié une nouvelle micro-réunion : la daily rétrospective, profiter du moment du daily meeting pour prendre un moment de recul et identifier des sujets d’amélioration.

Lire la suite

Le biais du survivant et la recette agile

Ce serait bien de faire comme le projet XXX qui a réussi à mettre en place l’agilité avec des résultats !

Il faut absolument qu’on capitalise sur ce qu’a fait le projet YYYY pour construire notre référentiel méthodologique

Vous qui avez de l’expérience et avez vu des projets réussir, dites nous quoi mettre en place !

Nous devons mettre en place le modèle Spotify

J’aimerais organiser un PI planning SAFe sur mon projet parce que c’est ce qui marche pour les projets de grande envergure

Nous devons être une entreprise libérée comme Favi !

N’avez-vous jamais entendu ces phrases ? Moi oui et plein d’autres encore. Et instinctivement je m’en suis toujours méfié.

Pourquoi se méfier ? Il apparaît pourtant normal de s’appuyer sur des réussites. Si ces projets ont fonctionné c’est qu’ils ont mis en place des pratiques, des postures, des outils propices à leur réussite, ce serait dommage de passer à côté.
De plus, l’agilité est une question d’empirisme et donc de baser nos démarches sur des expériences.

Récemment, j’ai fait une découverte qui m’a aidé à comprendre pourquoi je restais méfiant :

le biais du survivant

Lire la suite

Bravo marshmallow

Marshmallow challenge à l’échelle

Avec mon confrère Hervé Tran nous nous sommes lancé un défi et avons détourné un classique des jeux agiles : Le Marsmallow Challenge !
Nous l’avons décliné « à l’échelle », avec l’intention de faire remonter des comportements et des bonnes pratiques liées aux structures projet de grande taille mais aussi les risques potentiels.

Je vous explique dans cet article les règles, les apprentissages et les surprenantes observations lors de l’animation du jeu.

Lire la suite

Support d’atelier systémique : Systemische Weergave Van Moordrecht

Ce jeudi 14 novembre 2019, j’étais à Agile Grenoble pour co-animer un atelier créé avec Arnaud Gervais : Systemische Weergave Van Moordrecht. Cette session a pour but de faire découvrir la systémique et la représentation systémique au travers de l’histoire d’un village hollandais du XVIIème siècle.

installation à agile grenoble
Notre installation à distance lors du dernier agile grenoble (Arnaud n’ayant pas pu faire le déplacement)

Lire la suite

Sinking Island, un jeu sur le changement

Jeu agile : Sinking Island ou la dynamique de changement

Dans notre quotidien de coach agile, d’acteur.trice du changement, nous travaillons à détecter et creuser un problème organisationnel, des améliorations possible et à co-construire une transformation.
Dans cette démarche, nous tentons de rendre visible le problème et donc le besoin de changer.

 

Whenever I run into a problem I can’t solve, I always make it bigger.  I can never solve it by trying to make it smaller, but if I make it big enough, I can begin to see the outlines of a solution.

Dwight D. Eisenhower

Cependant, nous n’arrivons pas toujours à faire bouger les organisations.
Pourquoi ? Quelles sont les dynamiques personnelles et collectives qui se jouent face au changement ?

Pour initier la réflexion en entreprise, j’ai créé un jeu : Sinking Island.

Lire la suite