La fréquence de livraison comme indicateur de performance d’une transformation agile ?

3697317390_32c6490b8b

La fréquence de livraison indique le rythme auquel une application est mise à jour pour intégrer des changements fonctionnels et techniques. La valeur délivrée peut prendre plusieurs formes comme de nouvelles fonctionnalités, de meilleures performances, une optimisation de l’utilisabilité, de l’évolutivité ou de la maintenabilité. La fréquence de livraison apparaît comme un indicateur plutôt révélateur de l’interaction entre les acteurs de la chaîne de valeur et de l’efficacité de l’outillage de test et de déploiement, mais attention à ne pas tirer de conclusion hâtive. Une équipe peut par exemple être en capacité de livrer tous les jours, mais ne réalise des déploiements qu’une fois par mois à la demande de son client. Est-ce que la fréquence de livraison est un bon indicateur de performance d’une transformation agile ? Est-il suffisant ou complémentaire à d’autres ? Examinons ce qu’il cache. Lire la suite

La prédictibilité, est ce réellement ce que nous souhaitons

2389390162_3cf223492d

Je me questionne beaucoup sur la valeur de la prédictibilité. L’article de Dave Rooney « Is Predictability Really What We Want ? » m’a donné un certain éclairage que je vais essayer de traduire ici.

La prédictibilité peut résonner comme l’une des principales caractéristiques pour créer la parfaite relation client. Je m’engage, je livre dans les temps, le client est content. En scrum, la prédictibilité se construit à l’aide de la vélocité. Plus cette vélocité est stable, plus les dates de livraison de vos user stories seront prédictibles. On aura tendance à attendre d’une équipe Scrum qu’elle atteigne une certaine maturité de vélocité afin de tenir les engagements du Sprint. Je ne suis pas à l’aise avec cette notion d’engagement de sprint, d’une part à cause des dérives quelle peut entraîner (l’équipe se sent obligée de terminer à tout prix le lot sur lequel est s’est engagée, quitte à y passer la nuit ou le week-end) et d’autre part, en raison de son éloignement de l’objectif premier « la satisfaction client », dont il existe certainement de meilleurs chemins pour y arriver. Lire la suite

3 manières de découper ses user stories

Slices

S’intéresser à la taille de ses user stories et les découper lorsqu’elles sont trop grandes est une bonne pratique. Cela permet d’éviter l’effet tunnel, de produire de la valeur rapidement et de contribuer à une meilleure organisation du travail de tout le monde. Encore faut-il les découper efficacement afin qu’elles soient testables et créent de la valeur. Lire la suite

En Kanban, partagez les activités, pas les rôles

Lorsqu’on présente la pratique Kanban à une équipe, la confusion peut s’installer quand on aborde les limites du travail en cours, les goulets d’étranglement et la manière de les résorber en faisant participer tous les acteurs. L’organisation du travail en est d’autant plus facilité si l’ambiguïté sur le partage des tâches plutôt que des rôles est levée rapidement. Lire la suite

Développer sans faire d’estimation, le mouvement #NoEstimates

aa

L’estimation est au cœur de la gestion de projet informatique aujourd’hui. On l’utilise pour anticiper ce que sera le produit (le périmètre, les fonctionnalités), son coût (le budget) et sa date de livraison. Sans estimation, il semble difficile de lancer et de faire vivre un projet. Pourtant, une communauté grandissante, réunie autour de la bannière #NoEstimates, avance que l’estimation n’est plus nécessaire, ou plutôt qu’il existe des alternatives. Est ce que tout cela est bien sérieux ? Existe t-il réellement des alternatives efficaces ? Il semblerait bien. Voici une petite synthèse de ce que j’ai pu lire de plus intéressant sur le sujet.

Lire la suite

Storyboardez votre speech de conférence

photo credit: Sherm Cohen via photopin cc

Habitué à faire des slides à 50 bullet points, j’ai radicalement changé la création de mes supports de présentation après être tombé sur les livres Resonance et Slide:ology de Nancy Duarte et regardé les quelques présentations (TED, Steve Jobs, etc.) qu’elle décortiquait . Désormais, focus sur le storytelling avec un support percutant contenant une image et quelques mots clés par slide. Facile à dire mais comment organise t-on une histoire et comment retenir son speech avec 95% de mots en moins par slide?

Lire la suite

La transformation agile par le bas, comment ça marche?

photo credit: Thomas Hawk via photopin cc

Coupons court au suspens, une transformation agile qui stagne dans les couches basses (opération – développement), moyennes (middle management) ou hautes (top-management) de l’entreprise n’a que peu de chance d’aboutir. La transformation doit s’accomplir à tous les niveaux. Est-il possible d’initier une transformation agile par le bas qui se diffuse aux autres niveaux?

Lire la suite

La transformation agile, ça commence par le haut ou le bas ?

photo credit: NIAID via photopin cc

La grande question du néophyte au moment de lancer sa transformation agile c’est « par le haut ou par le bas? ». Par exemple, ce mouvement doit-il être initié par l’équipe de développement ou bien la direction? Les deux approches ont leurs avantages et inconvénients (voir article de Florent Lothon), et que l’on pousse par le haut ou par le bas, on va susciter de la résistance (effet piston).

Lire la suite

Comment préparer mon speech pour ma prochaine conférence?

photo credit: ores2k via photopin cc

C’est la question que je me suis posé pour préparer la conférence Agile France 2013. Lors du dernier Scrumday, deux événements m’ont fait prendre conscience du potentiel d’amélioration de mes présentations: a) j’ai été bluffé par la qualité de la présentation “Culture Hacking” de Robert Richman et la puissance de son message; b) j’ai été initié à l’importance et la force des histoires durant l’atelier “Storytelling battle” proposé par Oana & Pablo.

Lire la suite