Soft’it est sponsor Gold de la conférence Ncrafts 2015

ncrafts1

Pour la deuxième année consécutive, c’est avec grand plaisir que nous sponsorisons la conférence sur le développement NCrafts qui se tiendra les 21 et 22 mai prochains à la Grande Crypte dans le 16ème arrondissement de Paris.

L’esprit CLT étant résolument agile depuis plusieurs années, nous ne pouvons qu’adhérer aux valeurs du Manifeste du Software Craftsmanship car pour nous, un logiciel qui fonctionne « tout court » ne saurait être suffisant pour délivrer constamment la valeur à nos clients. Le Crafts est bien plus que ça.

Cet événement à l’initiative de la communauté ALT.NET (bien qu’ouvert aux autres technos) est l’occasion de nous retrouver pour apprendre, échanger des pratiques et techniques de développement autour du Software Craftmanship.
Comme l’année dernière, le line-up des talks s’avère très intéressant avec des speakers de haut niveau : Hadi Hariri (de JetBrains), Tomas Petricek (MVP C# et expert F#), Jérémie Chassaing (acteur influant de la DDD, de l’EventSourcing et du CQRS) ou encore Emmanuel Gaillot et Tomasz Jaskula.

Si cela vous intéresse, vous pourrez venir nous rencontrer et échanger avec nous sur notre stand pendant la conférence ; la quasi-totalité de l’équipe Soft’it sera présente !

De plus, nous vous préparons quelques surprises originales qui sauront ravir tous les Craftsmen. Venez nombreux pour jouer avec nous.

A Bientôt !  

L’équipe Soft’it sera présente aux Microsoft TechDays 2015 : entre nouvelle ère et nouvelles technologies !

Quoi ? Vous n’avez jamais entendu parler des Techdays ? Non mais allo quoi ! Vous êtes des développeurs et vous n’avez jamais entendu parler de cet événement incontournable pour tout expert Microsoft !
Si tel est le cas, vous étiez sans doute sur une autre planète…

Une petite vidéo s’impose donc :

En effet, les TechDays de Microsoft (le 10, 11 et 12 février au Palais des Congrès, à Paris), donnent le ton sur l’avenir des nouvelles technologies tout en offrant également la possibilité de voir des démonstrations de nouveaux outils ou concepts aussi bien pour les développeurs que pour les décideurs.

Cette année, le thème –Ambiant Intelligence– sera principalement accès sur :

  • La mobilité
  • Le cloud
  • La Big Data
  • Le marchine Learning
  • Les objets connectés

Dès ce mardi (plus destiné au développeur), l’équipe de Soft’it va participer à un certain nombre de sessions techniques notamment sur des sujets encore inédits comme l’ASP .NET 5, l’Entity framework 7 ou bien encore les nouveautés d’ASP .NET MVC 6.

Par ailleurs, l’équipe tentera de vous faire participer au maximum à cet événement au travers de tweets, et plusieurs articles seront publiés dans les jours à venir.
Les membres de Soft’it présents seront (de gauche à droite – cliquez sur les noms pour accéder à leur Twitter): Marien Monnier, Pier-Lionel Sgard, Jérôme Veneziani, Philippe Gung, Laurent Jacques, Ikbal Benakila, Rémi Lesieur-Bridel, Cédric Burceaux, Emmanuelle Aboaf et Philippe Beroucry.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri »,sans-serif;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Enfin, pour cette année 2015, une grande nouvelle nouveauté ! 

Les TechDays, pour la première fois, seront accessibles aux
personnes sourdes et malentendantes via la vélotypie
.
La vélotypie est un
système de sous-titrage en temps réel projeté sur l’écran afin que tous
puissent lire ce qui est dit. Cela profite, non seulement aux personnes sourdes
et malentendantes, mais aussi à tous ceux qui n’arrivent pas à suivre ce qui
est dit pendant les conférences. 

Une des membres de l’équipe Soft’it, Emmanuelle Aboaf,
sourde de naissance, pourra bénéficier de ce système et suivre comme
tout le monde les conférences.
Soft’it remercie David Rousset et Microsoft
pour cette mise en place et salue l’initiative de rendre accessible l’événement
!

Vous trouverez une liste de sessions accessibles sur ce lien
http://blogs.msdn.com/b/davrous/archive/2015/02/03/liste-des-sessions-techdays-2015-accessibles-aux-sourds-et-malentendants.aspx

N’oubliez donc pas de revenir sur le blog pour avoir nos retours et vous faire partager au mieux cet événement incontournable.


window.twttr=(function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],t=window.twttr||{};if(d.getElementById(id))return;js=d.createElement(s);js.id=id;js.src= »https://platform.twitter.com/widgets.js »;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);t._e=[];t.ready=function(f){t._e.push(f);};return t;}(document, »script », »twitter-wjs »));

Introduction à la gestion des cycles de vie des applications (ALM)

Introduction à la gestion des cycles de vie des applications

(Application Lifecycle Management – ALM)

       ….

Evidemment, dit comme cela, cela peut paraître un peu abrupte voire déconcertant … Cycles de vie des applications  – Application Lifecycle Management. Mais sous ce nom se cache en réalité l’une des meilleures pratiques logicielles dont l’objectif est de fournir un logiciel de haute valeur et de haute qualité, et ce d’une manière très efficace, rapide et fiable

Quelles sont les différentes étapes de l’ALM ? 

D’un point de vue du développeur, il est courant de penser que le cycle de vie d’un logiciel commence et s’arrête lors du checkout et du commit des modifications du code. 

La réalité est tout autre, comme nous le voyons tous les jours, et couvre beaucoup plus. 

Le cycle de vie des applications commence à partir de la création du projet jusqu’à la livraison en production, comprenant plusieurs étapes dont le développement n’est qu’une petite partie parmi, entre autres, les tests, les documentations et la génération d’installateurs. 

L’ensemble de ces opérations permet de livrer un logiciel de haute valeur et de haute qualité pour le client.

Ce schéma montre le pipeline de déploiement idéal. On y retrouve l’ensemble des opérations automatisées à mettre en place lorsqu’on parle d’ALM.
Le processus est entièrement automatisé, capable de fournir un feedback détaillé de son statut et de celui de ses opérations, et de s’interrompre à chaque étape en cas de détection d’anomalies.
Bien loin de ce déroulement idéal, le plus souvent, il est fréquent que la plupart de ces opérations soient manuelles, partielles et sans fournir de réel feedback.
Même si maintenant il est largement admis que le code source doit être hébergé dans un outil de contrôle de version, et que chaque développeur doit faire des check-out et commit réguliers, il est encore très rare de trouver une plateforme d’intégration continue réelle automatisée, qui gère ne serait-ce que la compilation automatique et le déroulement des tests unitaires. 
A la place, il est fréquent qu’il y ait des flux allant dans toutes les directions, sources de risques et de problèmes à venir, comme le montre le schéma ci-dessous  : 

Quel est le problème avec la livraison de logiciels ? 


  1. Les opérations sont nombreuses, souvent manuelles et sur différents environnements techniques mal maitrisés,
    • Le corollaire est que ces opérations dépendent de quelqu’un (responsable déploiement, chef de projet, expert quelconque). La question est donc : que se passe t’il lorsque cette personne est absente
    • extrêmement répétitives, ces tâches sont une plaie sur le long terme,
    • la réalisation d’une documentation souvent lourde est nécessaire,
    • une courbe d’apprentissage lente pour l’ajout de nouveaux membres à l’équipe,
    • des besoins humains supplémentaires sont nécessaires à l’équipe

  2. Le code source et les paramétrages ne sont pas nécessairement stockés dans le même endroit, mais peuvent être générés à partir de partout et par n’importe qui, n’importe quand : qui contrôle quoi ?
  3. Aucune vraie traçabilité,
  4. Des délais de livraison très long : il peut se passer des jours entre la validation et le déploiement,
  5. Des erreurs sont plus enclines à apparaître. 
En bref : lorsqu’il y a des opérations manuelles, il devient vraiment difficile de répéter, de cadencer et de mesurer la livraison. 

Quels sont les objectifs de l’ALM ? 

Comme vous l’aurez compris maintenant : implémenter l’ALM c’est principalement se concentrer sur l’automatisation de la grande majorité (sinon la totalité) des opérations ; afin d’assurer la création de valeur et des livraisons fiables, rapides et cadencées.
L’idée maîtresse est de réduire les temps de cycle.
Plus le temps de cycle est court, plus le client pourra être satisfait (par plus de fonctionnalités ou même par des corrections de bugs). L’objectif est de favoriser les feedbacks rapides.

Comment? 

Etant donné que cet article est seulement une (très) courte introduction, nous ne plongerons pas plus à fond dans les détails ici. 
Nous énumérerons simplement les différents sujets à couvrir. Ceux-ci seront expliqués plus en détails dans de prochains articles :
  1. Configuration et installation d’un outil d’intégration continue (TFS, Hudson, CruiseControl), 
  2. Mettre au cœur de l’outil l’analyse de qualité (règles de gestion, Sonar, FxCop) ainsi que les tests, le tout avec de l’automatisation, 
  3. Mettre sous contrôle de source tous les paramètres ou fichiers de configuration pour tous les hôtes cibles, 
  4. Lister toutes les autres opérations manuelles, les automatiser et les chaîner entre elles,
  5. Modifier le processus de développement pour s’appuyer davantage sur les tests d’acceptation,
  6. Réduire les délais de feedback (testeurs, clients ….). 

Conclusion 

Cet article n’est que le premier d’une série d’articles introduisant les principes de ALM (intégration continue, déploiement continu…etc). Il vise à présenter simplement ce qui est en jeu tout en abordant les grands principes du cycle de vie des applications.
Dans les prochains articles, nous expliquerons plus en détail avec de cas concrets d’utilisation et d’implémentation, les scénarios de mise en place de l’ALM.

Liens utiles

ALM (sur wikipedia) : pour une explication simplifiée.
Intégration Continuela définition par M. Martin Fowler
Déploiement Continu : la définition par M. Martin Fowler

Visual Studio/TFS 2013 Update 4 : les outils web et la gestion des projets agiles mises en avant !

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

En
attendant la nouvelle version de Visual Studio (Visual Studio 14), Microsoft vient de publier
la RC (« Release Candidate ») de Visual Studio 2013 Update 4 ainsi que de Team
Foundation Server 2013 Update 4.

Concrètement,
beaucoup d’améliorations ont été faites notamment sur la prise en charge du
cycle de développement
ou encore sur l’éditeur de code JavaScript. Vous noterez également que VS 2013.4 intègre des améliorations
concernant les outils de suivi et de gestion des projets agiles
.

Pour
plus de détails sur les nouvelles fonctionnalités, je vous
invite à consulter les articles suivants :

·        
Développez.com : Microsoft publie la RC de Visual Studio 2013 Update 4

·        
Blog – MSDN : Visual Studio and TFS 2013.4 (Update 4) Release Candidate