Biais cognitifs et conflits d’intérêts

L’actualité regorge d’histoires de conflits d’intérêt. Telle personne est payée pour une activité A tout en exerçant en parallèle une activité B, en oubliant, parfois en toute bonne foi, faire le lien entre les deux.

Comment des personnes, qui ne se vivent pas forcément comme des fraudeuses, arrivent-elles à se genre de situation? Y aurait-il un biais cognitif derrière cela ?

Sans parler des hommes politiques qui sont concernés par ce sujet, j’ai été interpellée l’année dernière par une étude qui démontre que les médecins qui acceptent des cadeaux des laboratoires pharmaceutiques ont tendance à prescrire plus, à produire des ordonnances de moins bonne qualité et plus chères, et avec moins de génériques. Lire la suite

Le biais du survivant et la recette agile

Ce serait bien de faire comme le projet XXX qui a réussi à mettre en place l’agilité avec des résultats !

Il faut absolument qu’on capitalise sur ce qu’a fait le projet YYYY pour construire notre référentiel méthodologique

Vous qui avez de l’expérience et avez vu des projets réussir, dites nous quoi mettre en place !

Nous devons mettre en place le modèle Spotify

J’aimerais organiser un PI planning SAFe sur mon projet parce que c’est ce qui marche pour les projets de grande envergure

Nous devons être une entreprise libérée comme Favi !

N’avez-vous jamais entendu ces phrases ? Moi oui et plein d’autres encore. Et instinctivement je m’en suis toujours méfié.

Pourquoi se méfier ? Il apparaît pourtant normal de s’appuyer sur des réussites. Si ces projets ont fonctionné c’est qu’ils ont mis en place des pratiques, des postures, des outils propices à leur réussite, ce serait dommage de passer à côté.
De plus, l’agilité est une question d’empirisme et donc de baser nos démarches sur des expériences.

Récemment, j’ai fait une découverte qui m’a aidé à comprendre pourquoi je restais méfiant :

le biais du survivant

Lire la suite