Retour sur Learn To Craft : l’après-midi du Software Craftsmanship

Le mardi 20 octobre s’est déroulé l’événement LearnToCraft : l’après midi du développeur craftsman.

Planning de la journée

 

Le mouvement Software Craftsmanship

Au cours de cette session, l’animateur, Jean-Laurent de Morlhon, a retranscrit les grandes lignes du mouvement Software Craftsmanship.
Il a pour cela mis en avant les grandes idées du mouvement en s’axant tout particulièrement sur la pratique

Lire la suite

Le Band de Microsoft

Microsoft tente une entrée (tardive ?) sur le marché des bracelets connectés. Le bracelet de Microsoft ambitionne de surpasser tous les acteurs actuels du marché en donnant un maximum de fonctionnalités (GPS, nombreuses applications fitness intégrées, un capteur cardiaque, un accéléromètre, un gyromètre, un capteur de luminosité, un capteur de température, un capteur d’UC, un capteur capacitif, un capteur qui mesure la réponse galvanique cutanée et un microphone). Soft’it souhaite vous partager ce coup de cœur pour ce bracelet : 

Le design

On apprécie une nouvelle fois, un design assez simple, très épuré et efficace. Microsoft a su une nouvelle fois, produire un design qui, de mon avis, ne va pas vieillir trop vite. Tout comme je me souviens du design du lecteur Zune HD, 5 ans après, il reste moderne.

Les fonctionnalités

  • GPS intégré : à priori très demandeur en énergie, je me demande si les développeurs d’applications fitness vont l’activer uniquement si le téléphone, auquel le bracelet est connecté, n’a pas de localisation GPS. Je trouve que cette fonctionnalité prend son sens dans une autonomie totale. Bonne idée si on ne l’active pas inutilement.
  • Suivi du rythme cardiaque: Super fonctionnalité, si on a une bonne taille de poignée correspondant à une des trois tailles. Du reste, l’analyse du rythme cardiaque sur l’ensemble d’une journée est un atout majeur.
  • Fonctionnalités fitness (via l’application Microsoft Health) : Le gros avantage de ce bracelet, à vous de choisir les exercices fitness disponibles sur votre bracelet. Destiné aux débutants, amateurs et addicts du fitness, il couvre un ensemble complet de profils. Le bracelet se veut accessible pour tous. Bonne idée et bonne approche de Microsoft.
  • Les notifications : mails, messages, twitter, appels, météo …

Conclusion 
Les plus : sa connectivité avec la plupart des OS (Android, Windows Phone et iOS), son prix très concurrentiel (200$ =~ 160€), suivi du rythme cardiaque tout au long de la journée, son GPS intégré.
Les moins : 3 tailles de bracelet : risque de se situer entre deux tailles ; ce qui implique que la taille ne peut être adaptée à chaque personne. Quid de sa batterie avec le GPS ? Elle n’est pas étanche, il faut l’enlever pour se laver ou faire la vaisselle.  
Pour résumé, Microsoft a encore sorti son produit sur un nouveau marché avec un peu de retard, cependant, comme à chaque fois, Microsoft sort un produit accessible en terme de tarif. Mais également, complet en terme de fonctionnalités par rapport à ses concurrents. Actuellement, le produit est en rupture de stock partout aux USA, la sortie en France n’est pas annoncée pour le moment.
La seule petite interrogation, l’autonomie du bracelet avec le GPS, voyant arriver Apple avec leur montre connectée, j’ai de sérieux doutes. Cependant, ayant une bonne expérience avec les produits de la Pomme, l’autonomie n’est pas forcement leur point fort ;). De plus, je n’ai pas encore eu l’occasion de tester ce bracelet, je ne m’avance donc pas sur ce sujet.
Le test CNET (en anglais)
Le test Gizmodo
Source des images : Microsoft Health Website

Conférence Microsoft sur Windows 10 à suivre en direct aujourd’hui

Comme vous le savez certainement, Microsoft fait une conférence de présentation de tout ce que l’on peut attendre sur Windows 10 ce soir, mercredi 21 Janvier 2015 à 18h (heure française).

Pour suivre la conférence en direct, rendez-vous sur http://news.microsoft.com/windows10story/.

Ici chez Soft’it, on attend beaucoup de cette conférence et des nouveautés de Windows 10 :

  • Le retour du menu démarrer
  • Les Universal Apps
  • Les « Modern » Apps qui ne sont plus obligatoirement en plein écran
  • Les améliorations faites pour les entreprises

Et vous, qu’attendez-vous de cette conférence ?

[Mobile Dev Day] « Vers un design multiplateforme » de Benjamin Launay

Durant les Mobile Dev Day 2014, nous avons suivi une conférence particulièrement intéressante sur le design multiplateformes : comprendre les contraintes ergonomiques et design du multiplateformes, et savoir comment prendre la décision du 100% natif, 100% original (custom) ou « Terre du milieu ».

Le speaker, Benjamin Launay, a publié un très bon résumé de sa conférence sur son site AieAieEye :

Vers un design multiplateforme (Mobile Dev Day 2014)

DevOps, le monitoring des applications Web comme point d’entrée


De nos jours, les applications web connaissent un boom incroyable. Tout le monde a compris qu’internet est un outil business très efficace qui permet d’augmenter la visibilité de l’entreprise (Marketing), étendre ses marchés (boutique en ligne),…etc.

Voici quelques chiffres sur la situation du commerce en ligne en 2013 :

  • Le nombre des acheteurs en ligne a augmenté de 5% en 2013.
  • La fréquence des achats en ligne est en progression avec une moyenne de 18 transactions par an et par acheteur, contre 16 en 2012.
  • Le nombre de sites marchands actifs a dépassé les 138 000.

* Statistiques avancées par  Elioweb (http://www.elioweb.com/statistiques-e-commerce-france.html)

Donc, contrairement aux débuts d’internet qui étaient constitués de sites vitrines essentiellement. On se retrouve, aujourd’hui, avec des applications Web capables de récolter et de capter les actions des utilisateurs.

Cette révolution a considérablement complexifié les applications Web : logique métier complexe, sécurité, performances…etc.

En outre, de plus en plus d’entreprises abandonnent le développement d’applications lourdes et les remplacent par des applications Web. Cela permet de réduire, voir d’éliminer, les processus de déploiement des applications et des mises à jour sur les postes utilisateurs.
De ce fait, les applications Web apportent un gain de temps considérable et une réactivité presque immédiate quand il s’agit de résoudre des bugs ou de déployer de nouvelles versions.

Du point de vue des équipes informatiques, l’enjeu est énorme. Les applications sont plus complexes, plus sensibles et ont un réel impact financier. Il faut donc avoir un niveau de qualité très élevé en même temps qu’une productivité accrue.

En général, les équipes informatiques sont organisées en plusieurs sous-équipes : les développeurs d’un côté et les opérationnels (administrateurs système, réseau, base de données, messagerie, etc…) d’un autre côté.
Les développeurs ont pour rôle de créer l’application et de la faire évoluer au fil du temps. Ils sont aussi responsables de la correction des éventuels bugs détectés. Les opérationnels, quant à eux, sont responsables de la mise en place des environnements techniques, du déploiement de l’application et du monitoring de l’infrastructure.

Chaque équipe possède ses propres méthodes de travail, ses propres priorités et ses propres métriques.
Cette organisation pose un réel souci pour la collaboration des équipes. Il n’est pas rare de rencontrer l’analyse suivante suite à un problème de performance, par exemple :

  • Admin réseau : « Pas de congestion, tous les routeurs fonctionnent ».
  • Admin système : « Les serveurs ont suffisamment de CPU et de mémoire ».
  • Devs : « Le code de l’application est bon, le même code fonctionne correctement sur l’environnement de pré-production ».

Au lieu de travailler ensemble pour identifier le problème, chaque équipe va analyser le problème de son point de vue et tenter de démontrer que « ça ne vient pas de chez nous »; voire dans certaines cas, essayer de mettre en cause les autres équipes. Mais, malheureusement, il y a bien un problème du point de vue des utilisateurs.

Ce genre de situation peut coûter cher à l’entreprise : perte de clients pour un site e-commerce, planification de stock erronée pour une usine, etc….

Afin d’éviter de tomber dans ce type de situation, une entreprise doit faire évoluer sa culture pour se concentrer sur l’humain, l’organisation du travail et le bon choix des outils de gestion du cycle de vie des applications et des infrastructures.

Cette culture est le cœur même de la philosophie DevOps visant à rapprocher les équipes Dev et Ops. Ce rapprochement permettra aux équipes de communiquer plus efficacement, de partager les mêmes objectifs et de réfléchir continuellement aux différentes pistes d’améliorations de leur travail.

La Journée DevOps Day, qui a eu lieu le 25 novembre 2014 à Paris, s’est penchée sur la problématique de mise en place du processus DevOps dans les projets informatique (voir l’article Tour d’horizon du Microsoft DevOps Day – « Infrastructure as Code » pour avoir une idée sur le contenu de cette journée).

La mise en place d’une culture DevOps au sein d’une entreprise nécessite un travail de sensibilisation et de conviction des équipes. Il ne s’agit pas d’installer un outil, mais de changer complètement les mentalités, la façon de travailler des collaborateurs voire même l’organisation des équipes. Toute tentative de mise en place d’une culture DevOps par simple décision émanant de la direction subira inévitablement un échec et engendrera plus de méfaits que de bienfaits ; la conduite du changement a une place prépondérante ici.

La notion de DevOps est une notion vaste qui couvre tout le cycle de vie d’une application, de son développement à sa mise en production en passant par les différents environnements techniques. Il est vital de mettre en place le processus DevOps de façon graduelle. Vouloir adopter ce processus dans tous les aspects du cycle de vie applicatif en même temps peut s’avérer complexe, voire même périlleux.

Un point d’entrée intéressant pour la mise en place de DevOps est le monitoring des applications déjà en production. Les équipes Dev et Ops pourront coopérer pour mieux réagir aux problèmes rencontrés sur les applications en production.
Le monitoring est, en fait, un bon point de coopération pour les Dev et les Ops. Un mauvais comportement d’une application engagera la responsabilité des Dev et des Ops en même temps. Si les deux parties sont convaincues qu’ils forment la même équipe, ils mettront toutes leurs compétences et leur énergie pour améliorer le processus de monitoring :

  • Choix des bons outils qui reflètent le réel état des applications.
  • Mettre à disposition des Devs des rapports afin qu’ils puissent anticiper les éventuels problèmes lors des prochaines versions.
  • Collaborer en temps réel pour la résolution des problèmes urgents
  • …etc

Se baser sur le monitoring pour une première mise en place de DevOps a pour avantage de démontrer l’intérêt de cette approche (applications plus stable, réaction plus efficace aux problèmes de production…etc.) et, donc, de faciliter son adoption pour les autres étapes du cycle de vie applicatif.

Cela-dit, il faut garder à l’esprit que le DevOps n’est pas un objectif en soi, mais une quête vers une amélioration continue de la collaboration des équipes Devs et des Ops.
La façon de mettre en place DevOps varie inévitablement d’une entreprise à une autre, voire même, d’un service à un autre au sein d’une seule et même entreprise. C’est un processus lent qui nécessite beaucoup de patience et une implication sans failles des différents acteurs.

Cependant, une fois sur les rails, DevOps apportera énormément à l’entreprise: des équipes soudées, un environnement de travail sain et des livrables de meilleur qualité, donc, des utilisateurs satisfaits [et il faut malheureusement trop souvent rappeler que c’est ce pourquoi nous travaillons tous].  

Une partie de l’équipe Soft’it présente au Microsoft DevOps Day !

.equipe main .detail div .profil {
width: 22%;
float: left;
margin-right: 2.6%;
margin-bottom: 2.6%;
border: 1px solid #ccc;
position: relative;
background: #ec6707;
font-weight: 400;
}

.equipe main .profil .photo {
width: 100%;
height: auto;
position: relative;
display: block;
z-index: 100;
border-bottom: 5px solid #ec6707;
}

.equipe main .profil .texte {
margin: 0 auto;
top: 0;
height: 100%;
width: 100%;
padding: 8%;
position: absolute;
z-index: 101;
color: #ec6707;
}

.equipe main .profil .texte h3 {
margin-bottom: 35px;
margin-top: 0;
font-family: « Georgia »,arial;
font-weight: normal;
font-size: 1.375em;
cursor: default;
}
.equipe main .profil .texte span {
text-transform: uppercase;
font-size: .75em;
font-weight: bold;
cursor: default;
}

@media screen and (max-width: 800px) {
.equipe main .detail div .profil {
width: 31.6%;
margin-right: 2.6%;
}
}

@media screen and (max-width: 600px) {
.equipe main .detail div .profil:nth-child(odd) {
margin-right: 2.6%;
}

.equipe main .detail div .profil {
width: 40%;
}
}

@media screen and (max-width: 400px) {
.equipe main .detail div .profil {
width: 100%;
margin-right: 2.6%;
}
}

Chez Soft’it, on aime la technique mais surtout la qualité. Un des axes d’amélioration de la qualité les plus pertinents du moment est la réconciliation/le rapprochement entre le développement et l’exploitation (« ops » en anglais) : le DevOps.

Cela permet de penser un développement dans son ensemble : de la réalisation à la livraison.
Le mouvement « DevOps » a pour objectif de casser les silos existants entre ces 2 étapes, tout en se basant sur une approche agile.


Microsoft et Cellenza organise le « Microsoft DevOps Day« , le 25 novembre 2014 au centre de conférence de Microsoft (Issy-les-Moulineaux).

1 journée pour parler du DevOps et ses origines, puis pratiquer de l’IaaC (« Infrastructure as a Code »), Continuous Delivery (déploiement continu) et du Monitoring. Pour finalement terminer sur le rôle et le futur de Microsoft dans le milieu du DevOps.

Evidemment quelques membres de l’équipe Soft’it seront présents.

Ikbal Benakila

Ikbal
Benakila

Laurent Jacques

Laurent
Jacques

Pier-Lionel Sgard

Pier-Lionel
Sgard

Jérôme Veneziani

Jérôme
Veneziani

Si vous ne pouvez pas y assister, l’équipe tweetera demain et fera quelques feedbacks/résumés des confs dans les jours/semaines à venir. Stay tuned !

window.twttr = (function (d, s, id) {
var t, js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src= « https://platform.twitter.com/widgets.js »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
return window.twttr || (t = { _e: [], ready: function (f) { t._e.push(f) } });
}(document, « script », « twitter-wjs »));

Windows 10, le prochain système d’exploitation de Microsoft

Mercredi 30 septembre 2014, Microsoft a dévoilé le prochain système d’exploitation sous le nom de Windows 10 et non de Windows 9 comme nous le pensions tous.


Pourquoi Windows 10 et pas Windows 9 comme cela était initialement prévu ?
Microsoft a pris tout le monde de court en présentant son nouvel système d’exploitation sous le nom Windows 10. Ce nom aurait été choisi pour pouvoir faire une
rupture radicale avec Windows 8. Il a également peut-être considéré que la mise à jour de Windows 8.1 était en réalité Windows 9.
Une rumeur circule que Windows 10 serait la dernière version présentée car Microsoft voudrait terminer avec les grosses mises à jour face au marché qui évolue sans cesse.


La nouvelle version du système d’exploitation devrait permettre aux utilisateurs de retrouver les fonctionnalités inexistantes dans Windows 8.
En effet, le menu démarrer fait son grand retour sous une nouvelle version avec des tuiles. Sa disparition dans Windows 8 a déstabilisé les utilisateurs et leur a fait perdre leurs repères. Son retour sur Windows 10 est donc accueilli avec enthousiasme.


Windows 10 est présenté comme une interface tout-en-un, c’est-à-dire modulable et supportée sur tous les supports multimédias (PC, tablettes, smartphones, phablettes) ayant tous des différents formats.
Le tout en une seule plateforme.



Il y a également de nouvelles fonctionnalités; voici celles qui m’ont le plus marquée :


  • Nous savons tous que nous avons la possibilité de diviser nos programmes en deux sur notre écran. La nouveauté est qu’on peut le faire également en quart. Ainsi, il est donc possible de diviser 2, 3 ou 4 programmes sur le bureau.
  • Des bureaux virtuels. Actuellement, nous n’avons qu’un seul bureau où sont regroupés toutes nos applications. Avec les bureaux virtuels, il est possible d’en créer plusieurs et choisir quelles applications y mettre.
    Nous pouvons donc par exemple avoir un bureau professionnel, un bureau loisir (jeux, films, séries), un bureau pour surfer sur internet, etc… Il est possible de créer autant de bureau que l’utilisateur le désire.

Bien sûr, il y a d’autres nouveautés. Windows 10 offre une mixité entre Windows 7 et Windows 8 et s’annonce prometteur.

La sortie de Windows 10 n’est pas prévue avant mi-2015. Cependant, il est possible déjà de tester ce nouveau système d’exploitation en le téléchargeant gratuitement sous conditions. Vous pouvez trouver des instructions sur http://windows.microsoft.com/fr-fr/windows/preview

A suivre !

Reconnaissance de fait pour Scrum

Microsoft vient de reconnaitre, de fait, la pertinence de Scrum (la méthode de gestion de projet que nous avons adoptée pour nos forfaits) en l’intégrant dans Visual Studio Team System. Une autre manière de dire que la fond prévaut sur la forme (ou, ici, la méthode sur l’outil).

A noter toutefois que eScrum n’est pas terriblement simple a installer et configurer et que la plus value de l’outil est ici assez discutable. Mais il parait que Microsoft a pris bonne note des remarques des premiers utilisateurs et travaille a un sp1.

l’annonce:http://www.journaldunet.com/developpeur/breve/international/13161/microsoft-integre-scrum-a-visual-studio.shtml

et, pour un premier avis :http://feeds.feedburner.com/~r/bsimser/~3/125203560/an-attempt-at-working-with-escrum.aspx

Si vous ne connaissez pas Scrum, voici une tres bonne présentation