Atelier Paris Web 2016

14258314_1188330591189792_1134624753019477576_o

“Pourquoi s’attaquer à l’accessibilité numérique”, tel est le sujet de l’atelier que je présenterai samedi 1er octobre à Paris Web.

Depuis plusieurs années – ça va être ma 4ème édition – j’assiste à des conférences de Paris Web, le seul événement sur le web accessible à tous.Chaque année, j’y vais avec grand plaisir, sachant que toutes les conférences me sont accessibles via la vélotypie (sous-titrage en temps-réel) et/ou l’interprétariat en Langue des Signes Française (LSF).

Cette année, j’ai décidé de sauter le pas. J’ai décidé de présenter un sujet.
Étant sourde, je suis confrontée à l’inaccessibilité presque tous les jours.

Lire la suite

Paris Web 2015

Le 1er et 2 octobre 2015 ont eu lieu l’édition 2015 de Paris Web. Pour sa 10ème édition, l’organisation et le programme étaient à la hauteur de l’événement.

Tout d’abord, je tiens à remercier Paris Web pour son accessibilité totale. Depuis 3 ans, j’ai pu suivre les conférences de Paris Web grâce à la vélotypie et à l’interprétariat LSF (Langue des Signes). Ainsi, en tant que développeuse que je suis, j’ai pu suivre les conférences de mon choix comme tout le monde. Merci aux sponsors d’avoir financé l’accessibilité.

Je remercie également Soft’it qui a accepté de m’envoyer à Paris Web. Très peu d’événements sur le web sont accessibles ! J’ai pu assister pour la première fois aux TechDays, édition 2015. En effet, les TechDays étaient pour la première fois accessibles aux personnes sourdes et malentendantes. J’encourage les événements du web à en faire de même !

Voici les conférences (par ordre de préférence) que j’ai beaucoup appréciées et auxquelles j’ai pu apprendre de nouvelles choses. Les sujets étaient tous plus variés les uns que les autres : accessibilité, UX, méthodologie, design, sécurité, pour en citer parmi d’autres.

Le big hug revient à la conférence surprise pour fêter les 10 ans de Paris Web : une interprète en LSF a expliqué son métier d’interprétariat et quelles sont les principales difficultés quand on interprète des conférences très techniques et informatiques avec les blagues geek et les termes informatiques franco-anglais. A l’unanimité, ce fut la meilleure conférence de Paris Web de 2015. Ce fut très intéressant et très riche.

Lire la suite

Le chemin vers la qualité est-il unique ? (Part 1 : la Méthodologie)

le chemin 1

Scrum, Crystal Clear, eXtreme Programming (XP) … De plus en plus, nous nous éloignons du cycle en V. Ou en tout cas, nous essayons de le faire.

Pourtant, si l’on se rappelle la conférence « Petite histoire d’une méthodologie agilement établie » donnée à Paris Web, ce n’est pas si vrai que ça. A la question « Combien d’entre vous n’appliquent pas d’agilité dans leur entreprise ?« , un bon nombre de mains se sont levées.

Incidemment, la question qu’on a pu entendre était « Quelle est la vraie bonne méthodologie à appliquer ?« .

Et Alexandre Jakubiak tout comme Julien Oger -tenant la conférence citée plus haut- se sont bien gardés de donner une réponse toute faite. Ils ont même prévenus l’audience qu’ils nous présenteraient « la solution qui leur correspondait le mieux ». Ce qui remet beaucoup de choses en perspectives.

Tout d’abord, ils ont voulu bien évidemment éviter le cycle en V. On comprend très vite ses limites avec la fameuse phrase client : « C’est bien ce que j’ai demandé, ce n’est plus ce que je veux. » (i.e. la lenteur de cette méthodologie fait que les besoins du client vont évoluer avant qu’il ait pu mettre la main sur la solution).
Mais rejeter cette méthodologie en bloc n’est pas nécessairement productif non plus : son approche prédictive (bien que trop orientée projet) a ses vertus.

Opposées, la ou les méthodologies agiles, considérée plus réactive intégrant notamment le client plus tôt au processus de développement. Son principal inconvénient reste le nombre de solutions déjà existantes.

Première chose : éviter à tout prix le Big Bang. Mettre en place Scrum -par exemple- dans son ensemble (outils et pratiques) d’un coup au sein de son équipe est suicidaire. Au mieux, on retournera au cycle en V (plus rassurant car déjà connu) en un sprint. Au pire, l’équipe implosera.

La solution choisie a été d’y aller progressivement. Surtout de préalablement faire un tour de l’existant, regarder ce qui serait le plus simple, qui apporterait le plus… et le plus simplement en interne.
Leur conclusion fut de partir de Crystal Clear puis de piocher dans toutes les méthodologies existantes ce qui leur correspondait et les implémenter au fur et à mesure.

Tout ne fut pas simple de l’aveux même de ces messieurs. La méthodologie parfaite n’est qu’utopie. Il faut, dans la mesure du possible, rester souple et ouvert à l’évolution. De même, chaque équipe, chaque société a des besoins différents.
Cela peut être lié à la taille de l’équipe, des projets, des langages utilisés ou même de l’expérience (on fera passer plus facilement de jeunes développeurs à une nouvelle méthodo que des seniors habitués au bon vieux V).

Chez Soft’it, nous utilisons Scrum en interne, notre Scrum. Nous avons dû adapter certaines règles pour que notre fonctionnement soit plus limpide : il n’y a pas de Scrum Master fixe par exemple, il change à chaque Sprint. Cela permet de responsabiliser chaque personne travaillant sur les projets et en plus de ne pas laisser cette pression toujours sur les épaules d’une même personne.

Nous appliquons également plusieurs pratiques de l’eXtreme Programming (XP) : le « Pair Programming« , par exemple, pour les nouveaux arrivants et sur des phases un peu complexes; ou la revue de code (« Code Review ») après chaque story réalisée.
Nous faisons également du testing et avons une usine logicielle pour l’intégration continue. Cependant, la TDD (« Test Driven Development », également part d’XP) n’est pas une obligation chez nous.

S’arrêter à une méthodologie et l’appliquer « By the book », même le cycle en V, est impossible. Le faire est source de frustration ou de goulot d’étranglement bien plus que de facilités dans un projet.

Savoir écouter les besoins en interne et externe, tirer le meilleur de ses retours d’expérience heureux et surtout malheureux, vous guidera bien plus vers votre méthodologie qu’un livre à appliquer à la lettre.

L’agilité contient un principe fondamental : l’amélioration continue. Pensez à réserver du temps pour prendre du recul sur votre organisation, et à construire ensemble la méthodologie qui vous correspond.

Paris Web sans l’accessibilité ne serait pas Paris Web

J’ai assisté à l’événement Paris Web cette année avec mon collègue Rémi. Ensemble, nous avons participé à plusieurs conférences très intéressantes.

Pour ma part, la conférence a tenu ses promesses en termes d’accessibilité et de sujets. Depuis quelques années, Paris Web rend accessible ses conférences aux personnes touchées par le handicap à tel point que maintenant, Paris Web sans l’accessibilité ne serait pas Paris Web.


En effet, la conférence m’a été accessible pendant ces deux jours grâce à la vélotypie (sous-titrage en temps réel) et à l’interprétariat en LSF (Langue des Signes Française), tous deux destinés aux personnes sourdes et malentendantes.
Le plus impressionnant était sans doute d’assister à une conférence en anglais qui est traduite en français, puis retraduite en LSF et enfin sous-titrée. Le service a été impeccable !

Etant développeuse sourde, passionnée par les nouvelles technologies, j’ai pris un énorme plaisir à assister aux différentes conférences traitant des différents sujets du moment. Grâce à la vélotypie et à l’interprétariat LSF, j’ai pu suivre du début à la fin les conférences sans soucis.
La plus grande surprise était de retrouver les vidéos des conférences en ligne le soir-même avec les sous-titres !

Merci Paris Web et Globalis-ms d’avoir assuré l’accessibilité pour les personnes sourdes et malentendantes. Vous donnez un très bel exemple aux autres conférences qui, je l’espère, vous suivront bientôt.

En terme de conférences, nous avons eu des sujets très atypiques et très riches. J’ai assisté à un grand nombre de conférences. Voici celles que j’ai appréciées :

  • “JS + toi = <3” : Un sujet très intéressant; bien que je développe souvent des sites internet, je ne suis pas encore une grande utilisatrice de javascript. J’ai appris beaucoup de choses sur ce sujet. Dans mes projets informatiques, j’ai souvent eu l’occasion d’utiliser du javascript et jQuery. Cette conférence m’a donné une meilleure vue d’ensemble sur cette technologie aujourd’hui indispensable.

  • “Profession : pompier” : Bien que la conférence m’ait semblé un peu trop courte et pas assez approfondie, je fus plutôt attentive. Il arrive que les projets ne soient pas dans les délais voire même très en retard. Que faut-il faire dans ce cas ? Forcément, c’est une situation à laquelle tous les professionnels ont été confrontés et que moi-même, j’ai vécue plusieurs fois lors de mes missions chez des clients. Il y a eu des conseils très intéressants que je m’efforcerais d’appliquer.

  • “Les choses que j’aurais souhaité connaitre quand j’ai débuté dans l’accessibilité numérique” (« Things I wish I knew when I started in Digital Accessibility« ) : D’excellents conseils ont été donnés pour faire en sorte que votre site internet soit accessible. Une astuce, intégrez l’accessibilité dès le début de votre projet et non pas au milieu ou à la finPetite anecdote : j’ai gagné un livre « Accessibilité Web »; je me suis empressée de l’offrir à mes collègues de Soft’it pour qu’ils puissent découvrir les astuces sur l’accessibilité. Je vous invite à le lire, il est très intéressant.

  • “Explorer le plugin Paypal Bootstrap Accessibility” : Depuis que je travaille chez Soft’it, j’ai découvert Bootstrap et je me suis prise une passion pour le Responsive Web Design. Mais Bootstrap n’est pas forcément accessible pour tous, en particulier avec le lecteur d’écran. Le plugin “PayPal Bootstrap Accessibility” permet de corriger certains défauts et de résoudre les problèmes d’accessibilité.

Prochainement, j’écrirais deux articles pour vous faire partager mon expérience et mes connaissances en détail avec les sujets suivants : “Explorer le plugin Paypal Bootstrap Accessibility” et “Profession : pompier”.

Vous pouvez retrouver ci-dessous les vidéos des conférences de Paris Web :


Je vous invite également à découvrir les Ligthning Talks. Le concept est de présenter en 4 minutes un sujet au public. C’est un exercice très difficile et stressant car les intervenants n’ont pas le droit de dépasser le temps qui leur est donné.

Nous avons eu des sujets très variés et très riches. Bravo aux intervenants, ils ont été époustouflants. C’était également un challenge pour les interprètes en LSF et vélotypistes de suivre leur rythme, ce n’était pas du tout évident !

Mes préférés étaient celui de David Rousset, qui a présenté un jeu accessible – un casse-brique – aux malvoyants, et celui de Sophie Drouvroy avec les objets connectés.
Il est tout à fait possible de construire un jeu accessible et David nous l’a fort bien montré en 4 minutes.
Ensuite Sophie nous a montré que les objets connectés nous permettent d’améliorer le quotidien des personnes handicapées. Les objets connectés envahissent le marché et sont notre avenir, handicap ou pas.

Mon prochain rêve est de pouvoir assister aux TechDays. J’espère qu’un jour les TechDays seront accessibles pour les personnes sourdes et malentendantes exerçant le métier de développeur et passionnées par les technologies de Microsoft comme moi.

Merci à Soft’it de m’avoir permis d’assister à Paris Web. J’ai beaucoup apprécié ces deux jours très riches; j’y ai appris beaucoup et j’y retournerais l’année prochaine avec, pourquoi pas, un sujet à présenter.

Pour en savoir plus sur Paris Web : http://paris-web.fr/

Voici les différents témoignages sur les ressentis de la conférence :

Et pour un résumé de la conférence via Twitter, c’est ici.

A l’année prochaine pour les 10 ans de Paris Web!